© Henri Pornon

Géographie Sacrée

La géographie terrestre, reflet d'une géographie mythique céleste...

De la Géographie terrestre  à la géographie céleste...

 

L’objet de la géographie sacrée est d’étudier le lien entre l’homme et le divin dans sa dimension géographique : d’une part, l’homme construit des sites sacrés à vocation religieuse ou spirituelle qui reproduisent sur terre une géographie mythique céleste, suivant le principe que "ce qui est en haut est comme ce qui est en bas". D’autre part, si on considère que le monde est la manifestation du principe divin, on peut rechercher sur la terre des traces géographiques de la présence divine, à travers la beauté la régularité ou la singularité de lieux ayant une dimension sacrée.

 

L'objet de ce site est de présenter les concepts de la géographie sacrée, d'en publier des illustrations, recensées dans divers ouvrages et sites web, et de publier également les résultats des investigations conduites par son auteur dans ce domaine. Il ne s'agit pas de dresser un inventaire de sites religieux ou à vocation spirituelle, mais de présenter et commenter :

  • D’une part, des réalisations dans lesquelles l'homme spirituel a cherché à reproduire à l'aide de figures géométriques ou de formes géographiques  une géographie mythique ou symbolique liée au principe divin. C’est le domaine de l’architecture sacrée, qui a pour objet de respecter des règles symboliques, arithmétiques et géométriques dans la construction des sites. Ce domaine a été largement abordé par d’autres auteurs et sera peu développé sur ce site.
  • D’autre part, des configurations géographiques dont la singularité ou la beauté interrogent sur la manifestation du principe divin, car il n’est pas toujours possible d’identifier une intervention humaine dans leur émergence. il s'agit ici effectivement de géographie sacrée, qui concerne en particulier l'association de sites entre eux, formant des figures géométriques, ou étant reliés par des mesures remarquables. C’est l’objet principal de ce site.

Les investigations

Alignements, constellations de sites, figures formées par plusieurs sites, hypothèses explicatives...

Présentation et généralités

Les notions de lieux sacrés et de géographie sacrée

Les questions de méthode

La géolocalisation des sites, la recherche de figures, les questions de précision et de systèmes de coordonnées

lieu sacré

"Tout lieu peut devenir sacré à partir du moment où un rituel permet de le sacraliser  de façon temporaire ou définitive" (Mircea Eliade)

Géographie sacrée

Elle naît de la volonté de projeter et d’assimiler sur la terre les principes cosmiques  (F Schwarz)

La  « géographie du sacré » concerne les études concernant la localisation géographique des lieux de culte et l’agencement des lieux les uns par rapport aux autres, en conformité avec les méthodes et usages de la géographie, discipline scientifique

La « géographie sacrée » prend en outre en considération le caractère sacré des lieux et s’intéresse également à leur dimension symbolique, spirituelle et à la façon dont ils reproduisent sur la terre la perception du divin par les hommes qui les ont consacrés.

Certains sites naturels ou constructions humaines sur le territoire sont considérés par des groupes humains comme des lieux sacrés : ils accueillent une fonction de culte et/ou sont le lieu de manifestation d’une divinité ou d’un événement. Les lieux de culte appropriés par les religions institutionnelles et utilisés pour des pratiques rituelles récurrentes ne sont pas les seuls lieux pris en considération dans cette étude.

Un objectif : être rigoureux, mais pas réducteur !

Le chercheur en géographie sacrée est confronté à deux écueils. Le premier, serait de rester dans le champ réducteur de la science et de ses dérives rationalistes, qui tendent parfois à exclure le divin et à considérer les croyances religieuses comme des  superstitions et des approches d'un autre âge : ma posture est celle d'un croyant imprégné de spiritualité et de symbolisme, donc de quelqu'un pour qui le monde ne se réduit pas à sa dimension matérielle. Le second, serait de prendre pour argent comptant toutes les hypothèses et élucubrations (osons le mot), dès l'instant qu'elles se réfèrent au domaine du spirituel et/ou du surnaturel : dans ce petit monde de la géographie sacrée, on se retrouve très vite en relation avec des extra-terrestres, des civilisations disparues, mais qui disposaient de pouvoirs inconnus, des supérieurs inconnus cachés quelque part dans l'Himalaya... Il convient donc d'être prudent, et de distinguer les faits ou observations (dont chacun peut tirer ses propres conclusions), les hypothèses explicatives (qui peuvent aller du hasard aux extra-terrestres, ces deux items reposant sur des croyances différentes) et les croyances (celle en l'absence d'une réalité autre que matérielle en est une, au même titre que celle qui postule la réalité d'un principe créateur ou divin). Il s'agit donc de distinguer soigneusement ce qui relève des faits et observations (la question du Comment) et ce qui relève de la croyance (la question du Pourquoi).