© Henri Pornon

Les figures géométriques identifiées sur Bagan

Les figures identifiées sur Bagan (cartographie Open Street Map)

Le royaume de Bagan (ou Pagan), préfiguration de la Birmanie (Myanmar), s’épanouit du Xème à la fin du XIIIème siècle dans une plaine protégée par un coude du fleuve Irrawaddy. Toute une dynastie de rois, depuis Anoratha en 1044, jusqu’à Sô Hnit en 1312 se sont succédés et ont construit successivement les temples, stupas et autres constructions que l’on peut voir aujourd’hui. L’activité rituelle n’a jamais cessé dans une grande partie des temples et stupas, qui sont cependant diversement entretenus.

 

A quelques rares exceptions près, tous les temples et stupas sont liés à la religion bouddhiste. Il existe de très rares temples hindouistes.

 

Territoire étudié

Un losange centré sur la plaine de Bagan. D’autres monuments ont été construits pendant l’âge d’or de Bagan à l’ouest, de l’autre côté du fleuve, à l’est, au nord et au sud, mais ne sont pas répertoriés et donc ne sont pas pris en considération.

Superficie

72km2

Sources

Google Earth, Open Street Map, Carte Nelles Map de Bagan

Vérifications effectuées sur le terrain au printemps 2018 dans pratiquement tous les secteurs, ayant permis de compléter l’inventaire et de hiérarchiser les sites en fonction de leur importance

Nombre de points géolocalisés

1313 points (sur les 2826 monuments recensés officiellement) : 15 sont des temples majeurs connaissant une activité religieuse soutenue ou présentant un intérêt patrimonial particulier (fresques, statues, décors), 221 sont des temples de dimension importantes et 1076 sont des stupas ou de petits temples d’un intérêt moindre.

Système de projection d’affichage

EPSG 24382 (Nord de l’Inde et de la Birmanie)

Type de points

Temples bouddhistes

Figures remarquables identifiées

4 octogones, formés par 8 carrés adjacents, 3 carrés simples parfois adjacents aux octogones. On remarquera que les carrés formant ces figures sont tous orientés de la même façon.

3 losanges mystiques quasiment parallèles, 2 losanges mystiques emboîtés formant un début de Tétractys avec deux autres triangles équilatéraux, 4 triangles équilatéraux adjacents auxquels ne manque qu’un point pour former une étoile à 6 branches (hexagone)

A signaler que dans la plupart des cas, les sommets de ces figures sont des temples importants ou majeurs.

Remarques

Il n’est pas nécessaire d’être géographe pour constater qu’une partie des carrés  ressemblent plus à des losanges qu’à des carrés. Si on y regarde de près, on pourra constater que dans chaque binôme de carrés concentriques, l’un d’eux a une forme très proche du carré (avec des angles compris entre 87 et 93° et un écart de longueur entre plus grand et plus petit côté inférieur à 4%), tandis que l’autre est un peu plus déformé, les angles pouvant être compris entre 84,5 et 95,5° et l’écart entre plus grand et plus petit côté pouvant aller jusqu’à 17 %. Nous avons cependant conservé toutes ces figures en raison de l’intérêt d’avoir quatre octogones plutôt que 4 carrés.

 

Références bibliographiques :

  • Guy LUBEIGT, Pagan : histoire et légendes. Contribution à la géographie historique d'une capitale indochinoise, 1998, Editions Kailash
  • Guy LUBEIGT, La Birmanie : l'âge d'or de BAGAN, 2013, Société d'édition Les Belles Lettres
  • Donald M. STADTNER, Ancient Pagan : Buddhist Plain of Merit, 2013, River Books (Bangkok)
  • Ma Thanegi, Bagan, la cité mystique, 2016, Yaut Sein Sarpay

 

Bagan : stupas et temples (photographie H.Pornon)