© Henri Pornon

Préambule à l'utilisation de ces cartes

 

A la différence des autres cartes, pour lesquelles une localisation approximative du monument considéré est toujours possible, dès l'instant qu'il apparaît sur un des fonds cartographique utilisés (Google, Open Street Map, Géoportail, cartes et plans divers...) ou qu'il a fait l'objet d'un relevé GPS, une difficulté majeure pour la localisation des sites évoqués par Jean Richer provient du fait que bon nombre d'entre eux ont disparu ou n'ont pu être retrouvés. Ainsi, les lieux sacrés présentés dans les deux cartes qui suivent sont de deux sortes :

  • Quand le nom évoque un lieu précis (temple, grotte, mont, fontaine...), ce dernier a pu être localisé précisément (à quelques dizaines de mètres près) : j'ai autant que possible essayé de préciser le nom du dieu dédicataire du lieu quand il est identifié et celui de la ville antique concernée (qui fait référence à la mythologie et aux ouvrages de Jean Richer, mais ne correspond pas forcément au nom actuel du lieu).
  • Quand le nom ne précise que la ville, le lieu sacré n'a pu être identifié, mais s'agissant d'une cartographie à très petite échelle et peu précise (les axes des zodiaques étant définis de façon approximative), c'est en général suffisant. Ceci explique que le zoom sur un de ces points peut tomber un peu n'importe où dans la ville actuelle (dont le nom peut différer de celui de la ville antique évoquée).

 

J'ai essayé de restituer les zodiaques de la façon la plus précise possible, en me reportant aux cartes publiées dans les deux ouvrages de référence et en respectant les indications données par Jean Richer sur la présence des villes dans l'un ou l'autre signe. De fait, tous les zodiaques sauf celui d'Athènes ont un axe Nord Sud (celui des solstices) et un axe Est Ouest (celui des équinoxes), mais les 2 axes à l'intérieur de chaque cadran ne forment pas toujours des angles de 30°.

 

Du fait de l'impossibilité de publier plus de 10 thèmes dans une carte Google My Maps, j'ai dû séparer les données en deux cartes.

  • Celle des zodiaques du monde grec présente les 4 zodiaques interreliés entre eux (Ammonion, Délos, Delphes et Sardes) et Athènes. Afin de pouvoir présenter les points et les polygones, je n'ai pas indiqué les signes de chaque zodiaque. Pour Délos, Delphes et Sardes, la répartition des signes dans l'espace est identique à celle d'Ammonion. J'ai en revanche mentionné la localisation des signes dans le zodiaque d'Athènes, car elle est différente.
  • Celle des zodiaques du monde romain présente les 3 autres zodiaques : Cumes, Rome et Tolède. A signaler que pour Tolède, c'est moi qui ai prolongé l'axe du Lion jusqu'à Marseille : ce point n'est pas évoqué par Jean Richer.